Le Code de l’urbanisme prévoit une évaluation du contenu du Scot au plus tard 6 ans après son approbation, « notamment en matière d’environnement, de transports et de déplacements, de maîtrise de la consommation de l’espace et d’implantations commerciales et délibère sur son maintien en vigueur ou sur sa révision partielle ou complète (…) » (Article L143-28 du Code de l’urbanisme). Ses objectifs et ses orientations doivent à nouveau être validés à cette échéance, sous peine de caducité du document opposable.

À cette fin, le Sepal a mis en place un dispositif global de suivi, de mise en œuvre et d’évaluation du Scot.

En 2012, un tableau de bord de suivi et d’évaluation a été mis en place. Celui-ci comporte une batterie de 51 indicateurs partagée avec l’ensemble des Personnes Publiques Associées permettant de suivre en continu l’évolution du territoire au regard des orientations du Scot.

Son objectif est également d’apporter aux élus de l’agglomération lyonnaise, tout au long des vingt années de mise en œuvre du Scot, un éclairage sur les transformations du territoire. Occupation des sols, pratiques de déplacement des habitants, tissu économique de l’agglomération ou bien encore production de logements : autant d’indicateurs qui permettent d’apprécier les évolutions ou les compléments éventuels à apporter au Scot au regard des écarts mesurés entre les constats et les intentions et d’adapter les politiques publiques au cours du temps.

Le Scot de l’agglomération lyonnaise s’est engagé à mettre à jour ces indicateurs de suivi de manière régulière. L’évaluation à 6 ans est en cours et sera disponible prochainement.