Le choix d'un développement
intense et équilibré

 

Le choix d'un développement
intense et équilibré

 

Le choix d'un développement
intense et équilibré

1
1
Soutenir une économie créatrice d’emploi

Accompagner et dynamiser le développement économique, c’est favoriser la création d’emplois pour toutes les catégories de population.

Dans un contexte de forte compétition internationale, l’agglomération lyonnaise, capitale tertiaire d’une grande région industrielle, mise sur une économie diversifiée et décline ses ambitions sur plusieurs registres, de la régénération du tissu productif par l’innovation et la recherche, au développement de l’économie des services. Sans oublier l’industrie logistique, fonction clé de l’approvisionnement de ce grand territoire, dont le développement fortement créateur d’emplois est aussi générateur de nuisances qu’il faut limiter.

500

Le potentiel en hectares de renouvellement de zones d’activités à l’horizon 2030

2000

Le potentiel supplémentaire en hectares pour accueillir les activités économiques à l’horizon 2030

Rayonner sur le plan international

Les métropoles se distinguent des autres villes par leurs capacités d’attraction et de rayonnement. Vouloir être reconnue à l’international conduit nécessairement l’agglomération lyonnaise à renforcer plusieurs fonctions-clés de rayonnement. Sur ce point, le Scot prévoit aussi bien de compléter la gamme des équipements et des événements de rang métropolitain que de muscler l’offre immobilière tertiaire de haut niveau. Au-delà, l’agglomération lyonnaise ambitionne surtout de devenir une grande métropole universitaire, inscrivant ainsi son développement futur dans la perspective d’une économie des savoirs et de la connaissance.

12

Sites économiques métropolitains dont 8 visant à accueillir des fonctions stratégiques.

150 000

Étudiants dans l’agglomération.

100 000

Cadres des fonctions métropolitaines sur l’aire urbaine de Lyon.

Accueillir de nouveaux habitants

Accueillir la moitié de la croissance démographique de l’aire métropolitaine Lyon Saint-Etienne entre 2010 et 2030, voici le cap fixé par le Scot.

Cet objectif, ambitieux mais réaliste, est rendu possible par un effort significatif en matière d’attractivité résidentielle : une offre de logements plus importante, localisée dans les polarités urbaines et à proximité des transports collectifs ; une production accrue de logements sociaux dans les secteurs les moins pourvus ; une intensification de l’urbanisation respectueuse de l’identité des territoires.

7500

C’est l’objectif annuel de production de logements entre 2010 et 2030

70

de nouvelles constructions à développer au sein des espaces déjà urbanisés à horizon 2030

28

C’est le stock de logements sociaux à atteindre en 2030 (contre 23 % aujourd’hui)

Construire la ville avec la nature

Considérant l’engagement national pour l’environnement, le Scot intègre le renouvellement des logiques d’aménagement, anticipant les ruptures qui se nouent autour des questions énergétiques et de santé publique. Il place l’environnement au cœur de son projet : économiser les ressources et l’énergie, réduire les risques et les nuisances, concentrer le développement dans les espaces déjà urbanisés pour maintenir un équilibre de 50/50 entre espaces naturels et agricoles et espaces urbains, autant de choix exigeants mais indispensables pour garantir l’attractivité durable de l’agglomération lyonnaise.

Le Scot prévoit des mesures d’accompagnement pour mieux intégrer les problématiques environnementales en amont des projets d’extension urbaine. Ces analyses environnementales en amont permettront de s’assurer de la prise en compte effective de la qualité écologique du projet (biodiversité),du cycle de l’eau et de l’imperméabilisation des sols, mais aussi de la gestion de l’énergie, des matériaux, des déchets, des modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle ainsi que des risques et nuisances générés.